Cossette à la conférence annuelle sur la commandite IEG : jour 1

Je suis arrivé à Chicago en plein cœur de la fête de la St-Patrick et, pour avoir assisté bien emmitouflé à quelques défilés de la fête du saint patron des Irlandais sur la rue Ste-Catherine à Montréal, je ne m’attendais pas à voir tout le monde ici en shorts, sandales et vêtements d’été. Je me croyais en plein mois de juin, alors que le mercure oscillait autour des 25°C. Fidèle à la tradition, la rivière Chicago était colorée pour l’occasion d’un attrayant vert pomme. Des milliers de fêtards s’étaient réunis sur les berges pour célébrer. Un bel accueil pour ma première visite à Chicago.

Bien que la météo était plus favorable aux activités extérieures, Pascale Chassé et moi-même, ainsi que 1 300 délégués d’une vingtaine de pays, nous nous sommes rassemblés au Sheraton Chicago pour la première journée de la conférence annuelle sur la commandite organisée par le groupe IEG.

Petits budgets = grande créativité

La journée a débuté avec un petit déjeuner en formule table ronde. Un concept fort intéressant qui permet, pendant une heure, de discuter en groupe d’environ 20 personnes avec des spécialistes de toutes les disciplines de la commandite autour d’un sujet donné. J’ai assisté à une première discussion portant sur les moyens de tirer le maximum d’un budget limité, séance animée par Jason Huang de BMW Canada. Il était intéressant de discuter avec un gestionnaire de marque de luxe d’un sujet comme celui des budgets limités, et j’ai trouvé fort passionnantes les diverses suggestions apportées par le groupe sur comment faire un peu plus, sans avoir de plus gros budgets. Cette réalité était vraiment au cœur des préoccupations des participants à la table ronde.

Renouveler ses activations de commandite en déconstruisant le traditionnel

La deuxième table ronde a permis d’échanger avec un responsable de Red Bull sur les moyens de renouveler ses activations de commandite afin de garder l’intérêt des participants. Ce qui m’a beaucoup plu dans son discours est l’approche de l’entreprise à utiliser des lieux communs, que tout le monde connait, ou encore des sports traditionnels, et de les déconstruire pour en créer quelque chose de nouveau. L’idée est parfois juste devant nos yeux, et il suffit d’y poser un regard différent pour la rendre exceptionnelle.

 

 

Les partenariats : une stratégie à succès pour de multiples grandes entreprises

La journée s’est poursuivi avec deux conférences très inspirantes, présentées par des spécialistes qu’il n’est pas donné de rencontrer tous les jours. Wendy Clark, Senior Vice-President Integrated Marketing Communications and Capabilitites, nous a présenté la vision que porte Coca-Cola sur l’importance des partenariats afin de rejoindre des cibles de plus en plus interreliées entre elles, grâce, entre autres, aux médias numériques et aux réseaux sociaux. Pour Coke, tout part d’une bonne histoire. Une bonne histoire réunit les gens, fait voyager et apprécier la marque.
 L’autre grande vedette de la journée était Marc Pritchard, Global Chief Marketing & Branding Manager, pour Procter & Gamble (P&G). Sa présentation d’une heure portait essentiellement sur l’importance des partenariats pour l’entreprise. Né d’un partenariat en 1837, entre William Procter et James Gamble, P&G compte encore aujourd’hui sur ce mode d’association pour faire évoluer l’entreprise. L’idée de P&G est de toujours associer une ou plusieurs de ses marques avec un partenaire champion dans sa catégorie. Les partenariats permettent à l’entreprise d’atteindre des résultats d’affaires qu’elle ne pourrait simplement pas atteindre par elle-même. La présentation était très inspirante, car elle portait à la fois sur les résultats que P&G peut tirer de ses commandites et partenariats, mais également des ce que les organisations avec lesquelles l’entreprise s’associe tirent de ses associations. Aux dires de M. Pritchard, P&G cherche un retour sur investissement d’au moins 3 pour 1, non seulement pour son entreprise, mais aussi pour ses partenaires.
Au total, c’est 33 conférences, réunions et groupes de discussion qui étaient offerts aux participants en cette première journée. J’ai assisté à 8 d’entres elles entre 8 h 30 et 17 h, et ce que j’y ai entendu était à la fois inspirant et rassurant, car j’y ai vu que ce que nous proposons à nos clients chez Cossette est au diapason et va au-delà de ce qui se fait de mieux dans le monde de la commandite.

La suite des choses demain.

comments